La France agit pour l’égalité entre les Femmes et les Hommes

Les inégalités entre les femmes et les hommes, ainsi que les violations des droits, les discriminations et les violences faites aux femmes, restent un problème à l’échelle mondiale. Ces violences sont peu signalées en raison de l’impunité trop fréquente, du silence, de la stigmatisation et du sentiment de honte qui les entourent. Chaque année, le 25 novembre, la journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes est là pour rappeler que la communauté internationale doit agir afin de lutter contre les violences dont elles sont victimes.

PNG

Selon l’ONU, 35% des femmes dans le monde ont subi des violences physiques et/ou sexuelles dans leur vie.

La violence à l’égard des femmes a des conséquences néfastes sur leur développement à tous les stades de leur vie : scolarisation et accès à l’éducation, accès au marché du travail. Les femmes restent aussi les premières victimes de la pauvreté.

L’égalité femmes-hommes : une priorité pour la France

Le Président de la République, M. Emmanuel Macron, a fait de l’égalité entre les femmes et les hommes la grande cause de son quinquennat. La France porte activement le projet d’éliminer les inégalités entre les femmes et les hommes avec une diplomatie féministe. « La France a mis en place une diplomatie féministe pour la lutte contre les violences sexuelles et sexistes, pour l’éducation des filles et des femmes, des garçons et des hommes partout dans le monde, pour l’émancipation économique des femmes et particulièrement en Afrique. Une diplomatie concrète qui ne se contente pas de discours, elle agit et produit des effets pour soutenir les femmes, toutes les femmes  », a rappelé le Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères de la France, Jean-Yves Le Drian, dans une tribune publiée le 8 mars 2019.

L’action de la France pour faire progresser l’égalité entre les femmes et les hommes

Dans sa stratégie internationale pour l’égalité entre les femmes et les hommes (2018-2022), la France se fixe 5 objectifs pour améliorer la condition des femmes dans le monde.

  • être exemplaire, en nommant davantage de femmes aux postes d’encadrement et d’ambassadrices,
  • plaider, auprès de tous les pays, pour que l’égalité soit mieux prise en compte dans leurs politiques
  • financer avec l’aide au développement des moyens concrets d’agir en faveur de l’égalité (50% de l’aide publique au développement dédié aux projets visant à réduire les inégalités, fonds de l’AFD de 120 millions d’euros en faveur des organisations féministes de la société civile),
  • communiquer et donner de la visibilité à cette thématique,
  • soutenir la société civile sur ce sujet.

L’action de la France en Afrique pour une diplomatie féministe

En Afrique, la France soutient des initiatives qui s’adressent en particulier :

  • Aux femmes entrepreneurs africaines : grâce à l’initiative AFAWA (Affirmative Finance Action for Women in Africa) de la Banque Africaine de développement, davantage de femmes entrepreneurs peuvent développer leur activité en Afrique. La France contribue à hauteur de 135 millions de dollars (sur un budget total de 250 millions de dollars). Pour en savoir plus (lien vers le site de la BAD).
  • Aux victimes de violences sexuelles dans les conflits, notamment grâce au fonds pour les survivantes de violences sexuelles dans les conflits lancé en octobre 2019 avec les prix Nobel de la Paix Denis Mukwege et Nadia Murad, auquel la France contribue à hauteur de 6,2 millions d’Euros.

Enfin, plusieurs événements majeurs permettent de mobiliser la communauté internationale pour agir davantage en faveur de l’égalité :

  • La présidence française du G7 en 2019 s’est fortement engagée en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes. Le Président de la République a chargé le Conseil consultatif pour l’égalité entre les femmes et les hommes du G7 d’identifier et de recenser les bonnes pratiques favorables à l’égalité femmes-hommes dans le monde. Le Partenariat de Biarritz est une coalition d’Etats qui s’engagent à adopter des nouvelles lois progressistes pour l’égalité entre les femmes et les hommes. D’autres pays hors G7 se sont joints à cette initiative comme la Chine, l’Inde, l’Australie et le Sénégal qui ont présenté des engagements concrets.
  • Paris accueillera du 7 au 10 juillet 2020 le Forum Génération Egalité organisé par ONU femmes sous co-présidence franco-mexicaine qui marquera le 25e anniversaire de la conférence mondiale sur les femmes de Pékin (1995), première étape vers l’autonomisation des femmes. Le sujet de la lutte contre les violences faites aux femmes sera un sujet majeur de ce forum.

Une priorité partagée par la France et le Rwanda

La France et le Rwanda partagent comme priorité d’éliminer les inégalités entre les femmes et les hommes. Bien que n’ayant pas encore formellement adhéré au Partenariat de Biarritz, le Rwanda est fortement engagé en faveur de l’égalité femmes-hommes. Du 14 au 18 octobre 2019, la formation de 24 négociatrices africaines (dont 8 du Rwanda) pour prendre part aux négociations de la conférence sur le Climat (COP25) lieu à Kigali. Du 25 au 27 novembre, une conférence organisée par la Banque Afrique de Développement, le « Global Gender Summit » se tient à Kigali. Une délégation française y participe pour marquer l’engagement de la France à faire progresser la lutte contre les inégalités entre les femmes et les hommes en Afrique. L’Ambassade de France au Rwanda continuera de réaliser et d’apporter son soutien aux projets réduisant les inégalités entre les femmes et les hommes.

publié le 26/11/2019

haut de la page